Brodez votre nom !

Brodez votre nom !

Signer vos cerfs-volants ?
Vous avez réalisé un cerf-volant dont vous êtes fier ? Signez-le, ce n'est pas si compliqué : vous pouvez utiliser un marqueur ou une encre spéciale, c'est simple. Mais je vous propose de broder !
Rassurez-vous, il faut seulement une machine capable de faire un point zigzag assez serré, et un peu de bricolage.

D'abord, il faut réaliser sur papier le dessin de votre signure (votre nom, votre logo, un poème de Victor Hugo, mais il vaut mieux limiter la longueur). Vous pouvez faire le tracé à la main, mais si c'est du texte, un ordinateur vous simplifiera la vie en vous permettant de choisir la police et la taille, et d'aligner et espacer les lettres correctement. Évidemment, ne prenez pas des tailles de caractères ridiculement petites, impossibles à coudre et de toutes façons illisibles. Si vous voulez signer d'autres CVs plus tard, sauvegardez le fichier élaboré qui resservira.
Ensuite, imprimez, en ayant soin de laisser autour de l'inscription une marge de 5 à 10 cm, vous allez voir pourquoi.

Réalisez alors un cache raide (du carton suffit) comportant une ouverture dans laquelle tiendra l'inscription avec assez de marge autour pour la plus grande dimension du pied de votre machine à coudre.
Collez l'inscription sous le carton, découpez le papier qui dépasse. Enfin collez le total bien à plat sur le cerf-volant à l'endroit voulu, avec du ruban adhésif tout autour. Le but est de maintenir la toile tendue lorsqu'on va la tourner et la retourner dans tous les sens, alors que l'armature peut même gêner. Ceci évitera les faux-plis qui compliqueraient le boulot et occasionneraient des défauts une fois le travail fini. C'est l'équivalent du cercle des brodeuses sur lequel elles tendent le tissu. Maintenant, si vous avez un cercle de brodeuse, utilisez-le, sauf qu'on signe près du bord en général ce qui complique la pose.

Cache monte Enfin, glissez le tout sous votre pied-de-biche. Il faut choisir un fil pas trop gros, et ajuster selon la police voulue la largeur du point zigzag. Mais on pourra la faire varier en cours de route pour faire des pleins et des déliés (niveau cours supérieur seulement !). La longueur du point (qui dans notre cas est plus courte que la largeur !) sera assez petite pour que les points se touchent.

Commencez alors, ce qui ne pose aucun problème, à piquer à travers le papier pour recouvrir les traits de l'inscription. J'oubliais, il faut avoir imprimé à peu près dans la couleur du fil utilisé. En effet une bonne partie du papier restera prise sous le fil. Et si je couds en blanc, me direz-vous ? Eh bien imprimez en blanc sur un fond noir, de toutes façons celui-ci sera enlevé !
Pour les jambages verticaux, pas de problèmes, c'est le sens de couture normal. Utilisez la marche arrière pour remonter plutôt que de retourner tout le cerf-volant. Vous pouvez aussi lever le pied et l'aiguille, et, sans couper le fil pour l'instant, déplacer le tissu pour un nouveau départ en haut.
Pour les courbes ou les parties horizontales, il faut tourner le cadre en carton. Pour cela, il faut avoir (avant !) libéré suffisamment le tissu du CV de son armature pour avoir du mou. Si vous êtes gêné dans la rotation par la masse de tissu ou l'armature, essayez de faire un tour complet dans le sens opposé en laissant l'aiguille enfoncée et en levant le pied (de la pédale bien sûr, mais surtout de-biche).

en couture Le brodage fini, arrachez le carton et tout ce que vous pourrez du papier, qui se déchire très bien le long des points de couture. Vous serez émerveillé de votre chef-d'oeuvre ! Il faudra encore sûrement peaufiner un peu avec un outil pointu (genre Découd-vite) pour enlever quelques bribes de papier récalcitrantes. Et, seulement si votre inscription est de très grande taille, vous pourrez peut-être enlever tout le papier entre les points.

resultat Voilà, c'est tout. Quant à moi, ma politique est de ne signer mes CVs que quand ils volent à peu près correctement, c'est pourquoi j'ai dit que l'armature pouvait gêner, puisque je ne signe pas à la fabrication... mais signez quand vous voudrez. Évitez quand même de signer si vous n'avez fait que recopier un CV existant, ça ne serait pas très fair-play, et puis les connaisseurs pourraient se gausser de votre accaparement (ça se dit ?), un peu comme si vous peigniez votre signature par dessus celle de Van Gogh (d'accord, ça se compare pas vraiment, et puis il faut déjà avoir un Van Gogh...).
Bon courage aux créateurs. Maxime


haut