J'ai découvert le cerf-volant par hasard : on m'a offert un pilotable vraiment très mauvais. J'ai essayé de l'améliorer, mais il s'est rapidement avéré plus facile d'en faire un nouveau.

J'ai donc fait un delta pilotable classique, en couverture de survie scotchée.


Bridage 2 lignes Mais j'ai parallèlement voulu créer quelque chose de plus élancé, et la forme des oiseaux s'imposait. J'ai donc commencé à concevoir et réaliser des oiseaux pilotables (2 lignes) comme Jonathan (1994), le King, la Mouette. Cela n'a pas été simple, le bridage pour faire tourner étant basé sur la déformation de la machine !
L'exception était le Martinet, qui fonctionnait selon le principe du delta classique, et qui a d'ailleurs été produit en petite série par "Les Cavaliers du Ciel".


Dérapage J'ai alors voulu faire plus grand (3 m d'envergure), mais la pilotabilité devenait pratiquement impossible, l'aile "gauchie" reculant et arrêtant le déplacement, et le dérapage devenant plus important que la rotation.
J'ai alors transformé ce CV en monofil : l'Oiseau bleu. Mais ceci nécessita 1 an de recherche et de modifications pour trouver le principe qui rende stable un engin sans queue, ultra-court (25 cm) et ultra-large (300 cm).

Ensuite j'ai conçu d'autres modèles dont l'Oiseau Light pour la pétole, la chouette blanche Harfang pour le vol de nuit.

Enfin, j'ai voulu faire plus grand, et j'ai extrapolé l'Oiseau Bleu en le modifiant pour réaliser l'Albatros de 6 m d'envergure. Celui-ci est une réussite : bien stable, il vole de Force 1 à Force 7. Je suis même passé plus tard à 8 m avec Megoel.

J'ai aussi taté pour passer l'hiver un peu d'indoor avec le Harfang allégé, Bambou Bird en bambou et papier, et Manta en bambou et plastique (provisoirement).

Et maintenant ? J'ai encore quelques idées, on verra...

haut