[Premiers CVs]

Le Harfang

En vol

Le Harfang, comme chacun sait, est une chouette arctique pratiquement blanche (que j'ai découverte d'abord dans "Les Indes Noires" de Jules Verne). J'ai d'abord cru que c'était un hibou, aussi il a des oreilles et j'en parle au masculin. Le mien a été conçu pour le vol de nuit avec comme impératifs : blanc pour être bien vu, et léger car le vent la nuit est souvent limite.

En Indoor Le corps est assez large et procure une bonne part de la portance. La tête, en avant du longeron assure l'équilibre longitudinal. L'aile forme un peu de lobe comme un delta monofil. La structure est formée d'un tube central de 5,5 dans lequel est emmanché du 3 pour les bouts d'aile (j'avais d'abord mis un grand tube de 4 tout du long, mais il souffrait trop dans la courbure). Un embout central en alu courbé donne le dièdre, contrairement à ce que j'ai conseillé pour l'Oiseau Bleu, mais ici le faible vent conseillé et le lobe des ailes qui laisse passer les surventes permettent de rester léger.
Pour des détails et le plan, lisez l'article "Le Harfang".

Danse en indoor Pour faire de l'indoor, j'ai récemment changé l'armature pour du 4 au centre (avec un raccord de 4), dans lequel est emmanché du 2 pour les bouts d'ailes. Le réglage est aussi moins cabreur (moins cambré) et j'ai ajouté un peu de lest à l'avant. Cela fait un oiseau volable en indoor mais il lui faut quand même un peu de place et c'est parfois dur de s'en faire au milieu des pilotables rapides....


La Sterne


En vol La Sterne a été un essai dérivé des deltas monofils : le longeron externe devait être libre et trouver sa place sous les efforts aérodynamiques. Mais je le voulais courbe par souci "bio". C'était en fait un peu contradictoire car pour courber il faut tendre et le longeron n'est plus libre. J'ai dû rigidifier le tout par des tendeurs allant vers le nez. Je comptais un peu sur la queue très longue pour stabiliser le total.

Détail au sol En final, la Sterne ne vole pas mal, mais la symétrie est difficile à obtenir. Curieusement, elle n'est stable qu'avec un angle très fort. Je suppose que la queue n'est efficace qu'avec une forte incidence et que les lobes dont le creusement engendre une dérive centrale doivent être bien formés.
La sterne supporte des vents assez forts (force 5 environ) et son envergure limitée en fait malgré ces conditions un cerf-volant reposant et incassable.

haut