[CVs récents]

Albatros 2

Au sol
Le premier Albatros...
L'Albatros (le premier) vole depuis le siècle dernier... Il a essuyé des forces 7 (sans doute 8 là-haut !) sans me lâcher. Mais évidemment, à force de flapper dans le vent, de subir la pluie, le froid (même plusieurs tempêtes de neige), la chaleur, le soleil et ses UV, quelques chutes, de sa faute ou pas, sur le dur ou dans l'eau de mer, il souffre, il souffre ! Mais il est peu encombrant, assez facile à monter et vole bien dans bon nombre de circonstances, avec une rare gamme de vent (1 à 8).
Alors j'avais décidé de le rénover en changeant la toile. Mais il valait mieux aussi changer les cannes à pêche, souvent retapées avec des morceaux plus ou moins bien assortis et quelquefois un peu fissurés. Et aussi remplacer évidemment les divers tendeurs internes, on ne va pas mégoter sur un bout de ficelle, et il était plus simple de prendre du neuf que de démonter les noeuds serrés par le vent, la pluie et l'habitude... Et puis, ça me faisait un peu mal de détruire ce cerf-volant, mon premier grand cerf-volant qui marchait si bien et m'avait rendu au centuple ce que je lui avais consacré.

toile Bon, alors j'ai décidé de garder l'ancien dans son jus et de faire un Albatros Nouveau. Tant qu'à faire, je voulais donner un peu de souplesse à la forme de l'aile que je trouvais trop rigide, pas assez "bio". Et aussi modifier le volume du corps. En effet, j'avais noté avec déception dès le premier vol de l'Albatros que cet oiseau de 6 m, une fois en l'air, ne paraissait pas très grand ! J'ai voulu essayer de voir si cela ne tenait pas à la taille relative du corps, petit par rapport à l'aile, et j'ai donc plongé pour un corps nettement plus volumineux. De plus, de profil, le corps de l'Albatros et surtout la tête paraissaient plats donc pas très esthétiques. Il fallait faire du 3D... Conclusion : les modifs par rapport à l'ancien étaient telles qu'il valait mieux se lancer dans le neuf que de cochonner quelque chose d'insatisfaisant en gâchant les matériaux existants.

toile L'aile, d'abord : je la voulais moins pointue et moins courbée au bout et arquée dans la partie médiane. Combinaison de courbures pas facile à mettre en oeuvre ! Bon, j'ai fait un compromis, en tendant bien transversalement pour que la forme se maintienne, mais j'ai peur que par temps de pluie de nombreux plis se forment. On verra, il y a une certaine élasticité... J'ai ajouté un petit raidisseur oblique en bout d'aile pour arrondir la pointe, regagner un peu de surface et tendre tout le bord de fuite. J'ai gardé les tendeurs et whiskers comme sur l'ancien, pas besoin de réinventer la roue.

toile Pour le corps, après divers essais pas terribles, j'ai repris la formule de Megoel, en essayant d'alléger au maximum la partie avant dont le poids entraîne à piquer par vent faible. Donc mousse pour la tête, aussi évidée que possible. Pour le corps, un tronçon de canne à pêche, mais juste un tube de 5 pour la tête et la tension longitudinale. La poitrine est maintenue par 3 scions de canne (j'en ai plein !) bandés par 3 joncs de Carbone 2. Astuce : les 3 joncs sont réunis et le restent au démontage ce qui simplifie le remontage : un seul jonc à emboîter au lieu de 3, plus rapide à monter et pièce plus simple à fabriquer : un bout de durit avec ficelle au lieu d'une pièce plastique usinée et collée. De plus, ça s'emmêle moins ! Je reporterai cette astuce sur Megoel, ça l'allégera un peu et me facilitera le travail.

toile A l'arrière, j'ai mis une petite queue grise, comme celle de l'Albatros à Sourcils Noirs qui m'a servi de modèle.
Pour la tête, bec important comme les vrais Albatros, oeil rond en "boutis" qui crée un peu de volume et... sourcil noir, évidemment. La déco de l'aile a aussi été modifiée pour reprendre à peu près celle du modèle mais en bleu, je trouve le noir un peu trop funèbre pour l'ambiance cerf-volant.

toileJe vous passe les difficultés de la conception, de la réalisation du corps en volume et des diverses armatures dont la démontabilité devait être assurée... Mais je l'ai fini un vendredi à 17 h et je suis parti illico pour Tours, le premier vol a eu lieu à la Gloriette ! Le matin du samedi, car j'étais moyennement sûr de moi... Mais il a volé un moment, avec des défauts qui ne me surprenaient pas car je les avais déjà rencontrés sur le N° 1. Je savais donc comment y remédier, même si j'ai tout fait pour l'éviter car les corrections consistent le plus souvent à rajouter quelque chose qui complique et qui alourdit.

Le plus gros travail consistait à reprendre le corps pour supprimer des plis malvenus, donc rebelote pour du travail 3D avec patrons en papier appliqués sur l'existant, découture, redécoupes et recouture. Mais en plus compliqué qu'au départ car je ne voulais pas tout démonter... Et il a fallu après essais ultérieurs reprendre encore le cou !

Depuis, j'ai aussi modifié les raidisseurs d'aile, rajouté un whisker sur l'arrière du corps, une bride élastique, brodé ma signature (je ne signe que quand ça vole...) et diverses bricoles. J'ai volé un peu à Cervolix, le vol était encore par moments instable, avec des périodes impeccables, et de temps en temps, des départs progressifs sur un côté qui nécessitaient de relâcher tout et de reprendre, sinon la bête continuait jusqu'au sol. Je vais tâtonner un peu, en puisant dans mon expérience et mes recettes, pour trouver un remède pas trop complexe et efficace.

Voilà, au printemps 2006, il devrait être impeccable (j'espère !) si je vole un peu cet hiver...
haut